Pourquoi créer une société offshore à Hong Kong

Depuis sa rétrocession à la Chine, Hong Kong a maintenu ses activités et son statut de place commerciale et financière de premier choix. Aujourd’hui près de 80% du commerce extérieur du sud est chinois transite, et la bourse locale est dans le top 3 mondial, que l’on parle en volumes, en valeur ou en nombre de transactions.

Plus d’un million de société en activité y sont enregistrées, ce qui est conséquent pour une population de 7 millions d’habitants. Bien entendu, elles n’appartiennent pas toutes à des résidents, loin de là. La majorité appartient à des non-résidents. N’étant pas sur la liste des paradis fiscaux offshore, Hong Kong est devenue une destination de choix pour y incorporer une société offshore avec une fiscalité avantageuse et un impôt réduit a 16.5%.

J’y ai d’ailleurs enregistré ma boite et effectué l’ouverture de mon compte bancaire en passant par les services d’incorporateurs locaux, efficaces dans les techniques d’optimisation fiscale,  qui m’avaient été recommandés, vous pourrez trouver sur leur site Pacific Line Offshore => « C’est quoi une société offshore ? » des conseils et une philosophie, qui m’ont à ce moment-là, incité à passer à l’acte. Pendant longtemps, Hong Kong a maintenu jalousement son indépendance et ne signait pas ou peu de traités fiscaux.

En Europe, il n’y en eu pendant longtemps qu’un seul, signé en 2005 avec la Belgique. Ce traité, toujours en vigueur, a été négocié sur mesure, et ne reprend pas l’ensemble des coopérations qui figurent dans le traité modèle de l’OCDE.

L’OCDE

Ce n’est qu’à partir de 2012, et de l’exigence de l’OCDE de disposer d’un réseau suffisant de conventions correspondant au modèle prescrit, que Hong Kong va se mettre à conclure des conventions avec divers pays européens. Ces conventions lui permettent, en échange d’obligations de coopération, qui restent cependant assez modérées, et surtout interprétées de manière assez restrictives par la juridiction, de gagner le statut de partenaire commercial respectable et d’échapper aux mesures de rétorsion visant par exemple les prestations de service exécutées à l’étranger.

Hong Kong se positionne donc comme la porte d’entrée naturelle pour la Chine, et c’est d’ailleurs l’argument, plus que l’argument fiscal, que met en avant l’agence de développement économique de Hong Kong, représentée dans toutes les grandes capitales économiques mondiales.

Mais il n’est pas besoin d’aller fort loin pour voir ressurgir l’avantage majeur du territoire : la taxation de la société sur une base uniquement territoriale. Cette disposition est tout à fait majeure, car relativement unique, surtout combinée à une taxation effective, même si modérée, des profits locaux. Ceci assure à la fois la respectabilité d’une juridiction conforme aux standards internationaux et d’un centre économique effectif avec des avantages aux niveaux des impôts que doit payer la société.